Nous vous présentons Shauna Lehmann : profil d'une bénévole de l’ATC

Lundi, 23 Mars, 2020

Cet article fait partie d'une série dʼarticles dressant le profil de bénévoles de lʼATC. En savoir plus sur la structure du bénévolat de lʼATC, le rôle des bénévoles et les avantages du bénévolat.

Nous vous présentons Shauna Lehmann, bénévole de l'ATC, directrice de l'environnement au ministère de la Voirie et de l’Infrastructure de la Saskatchewan et femme aux multiples passe-temps. Nous l'avons interrogée sur son expérience en tant que bénévole de l'ATC et sur son travail dans le secteur des transports.  

ATC : Parlez-nous de vous!

SL : Je suis directrice de l'environnement au ministère de la Voirie et de l’Infrastructure de la Saskatchewan à Saskatoon et j'ai occupé différents postes au sein de l'organisation pendant plus de 15 ans. J'ai également travaillé à Minneapolis, au Minnesota, pendant trois ans en tant qu'ingénieure de projet pour une société d’experts-conseils en environnement. Mon mari et moi, tous deux ingénieurs au sein du Ministère, sommes mariés depuis 18 ans.

J'ai de nombreux passe-temps, notamment le dessin urbain et la création de journaux artistiques pendant mes voyages, le karaoké dans une ligue de compétition, l'apprentissage de la danse du ventre et, plus récemment, l'entretien de jardins potagers et de jardins d'herbes hydroponiques d'intérieur.

Pendant mes quelques temps libres, j'aime faire du bénévolat dans ma communauté. Je suis actuellement instructrice et directrice du marketing pour les Saskatoon Christopher Leadership Courses (clcnational.com) et je participe aux travaux du Conseil d'administration du Saskatchewan Invasive Species Council.

ATC : Qu'est-ce qui vous a amené à faire carrière dans le secteur des transports?

SL : Pour être honnête, je ne savais pas vraiment quel cheminement de carrière suivre à la fin de mes études secondaires. Même si j’avais de bons résultats à l'école, je n'aimais pas vraiment les mathématiques ou les sciences à l'époque, alors je pensais poursuivre mes études dans les arts ou la psychologie. Au cours de ma dernière année d'études secondaires, j'ai eu la possibilité d'obtenir une bourse pour obtenir un emploi d'été garanti au ministère de la Voirie et de l’Infrastructure de la Saskatchewan si je poursuivais des études en ingénierie. J'ai fait une demande et j'ai reçu la bourse, et je me suis rapidement inscrite comme étudiante en génie des systèmes environnementaux à l'Université de Regina. Le Ministère est une organisation formidable où travailler, car il offre des possibilités uniques dans de nombreuses disciplines. J'ai occupé des postes de planificatrice des transports, d’ingénieure en entretien des routes, de rédactrice et chercheuse technique, et de gestionnaire de projets de construction avant de me lancer dans le domaine de l'environnement.

ATC : De quelle réalisation professionnelle êtes-vous la plus fière? 

SL : Au cours des dernières années, j'ai proposé certaines améliorations potentielles pour certains de nos travaux sur le plan de l’environnement, et j'ai acquis la confiance nécessaire pour partager mes idées et pour exprimer mon intérêt à l’égard de diverses initiatives de protection de l'environnement. Lors d'une récente réorganisation structurelle, on m’a offert de devenir la directrice de l’unité environnementale nouvellement créée au sein du Ministère. Je suis fière d'être sortie de ma zone de confort technique et scientifique et d'avoir relevé le défi que représente la direction d’une unité. Je ne me voyais pas diriger d’autres employés, mais j'ai découvert que mes compétences en matière d’établissement de relations, d'empathie et d'adaptabilité me servent bien dans mon nouveau rôle.

ATC : Racontez-nous votre expérience en tant que bénévole de l’ATC.

SL : J'ai commencé à faire du bénévolat auprès de l’ATC dans le cadre du congrès de 2011 à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, au sein des comités et conseils associés à l'environnement. Depuis mon arrivée à l'ATC, j'ai également participé à des activités autres que celles des comités de l’environnement, notamment en collaborant avec les groupes de la construction et de l'entretien pour comprendre leurs points de vue et établir des liens. J'ai eu le plaisir de faire partie de comités de direction de certains comités et conseils, de participer aux réunions des ingénieurs en chef et de contribuer directement à l'organisation de l'ATC par le biais d'assemblées publiques locales et de conversations franches. J’ai également eu le plaisir de recevoir un prix pour le bénévolat.

ATC : En quoi le bénévolat au sein de l’ATC vous a-t-il aidée?

SL : Le fait de contribuer aux activités et de rencontrer mes homologues de différentes régions du pays par l'intermédiaire de l’ATC a été grandement bénéfique pour mon travail et pour mon perfectionnement professionnel. Les enseignements que j’ai tirés de l’expérience et de l'expertise des autres ont eu un impact majeur sur mon rôle, car nous partageons tous les mêmes défis environnementaux et législatifs dans une industrie qui doit trouver le juste équilibre entre la protection de l'environnement, l’amélioration des infrastructures et le développement économique. Les liens établis grâce à l’ATC ont facilité la réalisation de recherches sur les compétences et la compréhension des cadres réglementaires souvent changeants. Du point de vue du développement personnel et du perfectionnement professionnel, j'ai acquis une grande confiance qui me sert bien dans tous les domaines de ma vie.

ATC : Parlez-nous d'un enjeu que vous aimeriez aider à résoudre.

SL : Un enjeu que nous rencontrons souvent dans le domaine de l'environnement du secteur des transports est la capacité ou l'envie de prioriser la protection et la gestion de l'environnement. D'une certaine manière, on peut comparer cet enjeu à l'évolution de la sensibilisation à la sécurité et au changement de culture qui devait se produire, qui s'est produit et qui continue de se produire.  J'aimerais pouvoir contribuer à la sensibilisation et à l'évolution de la culture, car la protection de l'environnement est une de mes passions.

ATC  : Quels conseils donneriez-vous à une personne qui débute dans le secteur des transports?

SL : L’important, ce sont les relations, le réseautage et l'apprentissage continu. Dans l'industrie, nous pouvons faire beaucoup pour l'apprentissage et l'innovation, et nous ne pouvons tout simplement pas y arriver seuls. Au début, les personnes ayant une formation scientifique ou d'ingénierie peuvent être réticentes à concentrer leurs efforts sur l'établissement de relations, mais la récompense est immense.  Comme pour toute chose dans la vie, on retire de quelque chose ce qu'on y a mis. Alors, lancez-vous à fond dans les activités de l’ATC, repoussez vos limites et soyez prêts à sortir de votre zone de confort.

Vous voulez en savoir plus ou devenir un bénévole de l’ATC? Communiquez avec nous.