Accueil

Meilleures pratiques et boîte à outils pour le référencement des emplacements dans la gestion des actifs de transport

Sommaire de projet

Situation

À l'étude

Mis à jour

Mai, 2019

Conseil/Comité responsable

Conseil des infrastructures et de gestion des actifs / Comité de la gestion des actifs

Date d'achèvement prévue

18 mois

Estimation du financement total

$133,000

Personne-ressource

Résumé

Au cours de la dernière décennie, les technologies de l’information émergentes comme l’infonuagique et les systèmes de positionnement global (GPS) ont mené au développement de fonctionnalités plus perfectionnées et complexes (comme le soutien des systèmes de référencement linéaire, ou LRS) dans les systèmes d’information géographique adaptés aux besoins du domaine des transports (SIG-T). De nouvelles solutions logicielles du commerce améliorent les produits SIG existants et offrent un meilleur soutien à la gestion des bases de données sur les réseaux routiers, les méthodes de référencement linéaire (LRM) qui y sont associées et les données opérationnelles (actifs routiers, en particulier) localisées relativement à ces réseaux.

Les administrations canadiennes des transports de tous les ordres de gouvernement ressentent de plus en plus le besoin de voir à ce que leurs technologies SIG et leurs pratiques opérationnelles connexes soutiennent pleinement la création et le maintien de bases de données intégrées pour l’ensemble de leur organisation afin de permettre des initiatives comme la mise en œuvre de cadres avancés de gestion des actifs et des systèmes logiciels connexes. Malheureusement, l’information concernant les meilleures pratiques actuelles dans le domaine est rare.

OBJECTIFS

Le projet répondra aux enjeux ci-dessus en examinant les meilleures pratiques canadiennes et étrangères actuelles afin de répondre aux questions suivantes :

  • Quel est le niveau de maturité des administrations en ce qui a trait à la mise en œuvre de SIG-T pour les aider à passer à des cadres avancés de gestion des actifs?
  • Quelles normes de données s’imposent et sont instaurées, en particulier celles concernant les bases de données sur les réseaux routiers?
  • Comment l’ensemble de données spatiales sur le réseau, rattachées à la ligne médiane des routes, et son LRS connexe sont-ils définis et synchronisés au fur et à mesure des changements qui surviennent au fil du temps?
  • Dans quelle mesure met-on en œuvre des systèmes de référencement linéaire multiniveaux (MLLRS) intégrant des LRM, des géométries spatiales et des définitions de réseau multiples?
  • Quelles techniques de collecte de données de terrain utilise-t-on pour les réseaux et actifs routiers?
  • Quelles solutions logicielles avancées utilise-t-on pour résoudre les problèmes d’intégration des données?

Le projet proposé synthétisera les meilleures pratiques et recommandera des outils et des techniques pour des administrations de toute taille faisant face à des contraintes de ressources variées et possédant différents niveaux de maturité dans la mise en œuvre de SIG. Il montrera comment un SIG peut aider les administrations à passer de systèmes de gestion des actifs isolés à des solutions de gestion des actifs s’intégrant à leur cadre général de gestion des actifs.

Les principales tâches proposées pour atteindre les objectifs ci-dessus sont les suivantes :

  • Revue des publications canadiennes et étrangères relatives aux SIG-T dans les domaines indiqués, dont celles d’organismes nationaux, de groupes d’utilisateurs et de fournisseurs de SIG.
  • Revue et analyse des résultats d’enquêtes auprès des professionnels, dont les enquêtes annuelles de l’ATC et de l’AASHTO et d’autres initiatives semblables à déterminer au cours du projet.
  • Revue des normes canadiennes et étrangères pertinentes.
  • Revue de la documentation concernant les solutions logicielles de SIG-T existantes et proposées dans le commerce.
  • Entrevues avec des spécialistes à déterminer au cours du projet.
  • Considération des différences potentielles dans les pratiques des administrations principalement rurales et des administrations principalement urbaines.
  • Préparation d’une synthèse des meilleures pratiques et d’une boîte à outils pour les organismes membres de l’ATC.
  • Présentation des résultats et des recommandations du projet au Sous-comité des SIG-T, au Groupe de travail sur la gestion des actifs et au Conseil des ingénieurs en chef de l’ATC.
  • Préparation de rapports mensuels d’avancement du projet et de comptes rendus intérimaires aux comités responsables du projet (SIG-T et GTGA).

Les éléments à livrer sont les suivants :

  • Meilleures pratiques pour le référencement des lieux aux fins de gestion des actifs en matière de transports
  • Boîte à outils pour le référencement des lieux aux fins de gestion des actifs en matière de transports