Accueil

Synthèse des pratiques de gestion et d’amélioration de l’écologie routière terrestre

Sommaire de projet

Situation

En cours

Mis à jour

Octobre, 2019

Conseil/Comité responsable

Conseil de l’environnement et des changements climatiques / Comité des questions environnementales

Partenaires de financement de projet

British Columbia Ministry of Transportation and Infrastructure; City of Calgary; Infrastructure Manitoba; Ministère des Transports du Québec; Ministère des Transports et de l’Infrastructure du Nouveau-Brunswick; Northwest Territories Department of Transportation; Nova Scotia Transportation and Infrastructure Renewal; Saskatchewan Highways and Infrastructure; Transports Canada; Ville de Winnipeg; Yukon Highways and Public Works

Entrepreneur

WSP Canada Inc.

Personne-ressource

Résumé

Les routes canadiennes permettent la circulation des personnes, des biens et des services dans les espaces ruraux et urbains. L'emplacement, la conception et l'exploitation des routes peuvent avoir une grande influence sur le caractère, la fonction et la qualité de vie des communautés adjacentes et sur l’utilisation des terres. En milieu urbain et rural, les routes ont des liens étroits avec l’environnement naturel. Les poissons et les animaux sauvages, les oiseaux, les plans d’eau, les communautés végétales, ainsi que la qualité de l’air et de l’eau de la région sont affectés par la circulation des véhicules. Les routes peuvent modifier les habitats, augmenter la mortalité de la faune et faciliter la propagation des mauvaises herbes envahissantes. Le concept d'« écologie routière » est relativement nouveau et son objectif principal concerne les effets potentiels des routes sur les paysages et processus naturels en tant qu'éléments des réseaux de transport durables.

Les initiatives précédentes de l’ATC comprenaient la Synthèse des pratiques de gestion environnementale pour la construction, l'exploitation et l'entretien des routes (2014), le Guide canadien pour des routes plus vertes (2015) et les documents sur les pratiques et les directives opérationnelles concernant les oiseaux migrateurs (2019). Les informations présentées dans ces documents fournissent des indications sur la réalisation des objectifs de protection de l’environnement et de conformité pour la construction et l’exploitation des routes. Bien que les sujets de la protection de l'habitat, de la gestion de la végétation aux abords des routes et de l’« aménagement paysager holistique » des emprises y soient traités, les informations sont généralement de haut niveau et les directives sont orientées de manière à satisfaire aux exigences de conformité. Il existe actuellement un manque de connaissances sur les situations dans lesquelles ces notions et pratiques émergentes ont été appliquées ces dernières années, sur la façon dont elles ont été appliquées et sur les différences en matière d’efforts et de coûts entre celles-ci et les approches conventionnelles.

La portée de ce projet est de traiter les questions suivantes :

  • les routes rurales, les routes urbaines et saisonnières principales (p. ex., les autoroutes, les promenades, les routes schématiques et artérielles, les routes de glace et les routes d’hiver);
  • la gestion de la végétation aux abords des routes;
  • les possibilités d’amélioration de l’habitat des pollinisateurs le long des routes;
  • les interactions de la faune sauvage (mammifères, reptiles, amphibiens) avec les routes, c’est-à-dire pour la recherche de nourriture et leurs déplacements d’un côté à l’autre de la route, ainsi que les moyens potentiels d’éviter et de réduire les conflits;
  • les obligations en matière de conformité réglementaire, par exemple pour les espèces en péril, les oiseaux migrateurs, la lutte contre les mauvaises herbes;
  • les exigences et considérations de sécurité routière;
  • la perception publique de l'esthétique visuelle;
  • la faisabilité et les considérations opérationnelles;
  • les considérations en matière de coût;
  • les critères décisionnels pour la planification, la conception et les options d’atténuation opérationnelle.

Les tâches seront les suivantes, sans toutefois s'y limiter :

  • effectuer une analyse documentaire des pratiques d’écologie pour les routes conventionnelles (rurales et urbaines), les routes secondaires/saisonnières (d’hiver et de glace), ainsi que des pratiques d’écologie routière innovantes;
  • communiquer avec des universitaires et spécialistes nord-américains (personnel d’organismes, groupes d'intervenants et spécialistes) et solliciter des informations sur des études de cas afin de déterminer les meilleures technologies disponibles, les pratiques de gestion bénéfiques et les considérations relatives à la gestion de l'écologie routière;
  • réaliser une analyse et une synthèse des informations compilées par une équipe multidisciplinaire afin de fournir des informations sur les questions de planification, de conception, de faisabilité opérationnelle, de gestion des coûts et des risques;
  • préparer un recueil des pratiques courantes et émergentes relatives à l'écologie routière.

Le principal élément livrable du projet constituera une synthèse des pratiques de gestion et d’amélioration de l’écologie routière.